AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Une question ?  

Partagez | 
 

 “Ainsi s’éteint la liberté. Sous des applaudissements.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Joshua Carisi

avatar

Age : 32

Race : Humain

Situation sociale : Pauvre

Métier : Chasseur

Blabla : 10
Argent : 2134
Nous a rejoins le : 28/10/2014

MessageSujet: “Ainsi s’éteint la liberté. Sous des applaudissements.”   Ven 28 Aoû - 7:55


Encore une journée sempiternelle à se réveiller dans un endroit sombre, miteux mais à l'abri d'éventuelles attaques de surnaturels. Le jeune homme passa une main lasse devant ses yeux histoire de se stimuler pour se lever. Il avait le crane lourd et les paupières en béton, fatigué de marcher des kilomètres par jour, de devoir se cacher, trouver de quoi manger et éliminer les menaces potentielles.
Avec les lycans, il s'y prenait toujours de loin. Des balles en argent entre les deux yeux, il n'y avait que ça qui marchait. Toujours éviter l'affrontement au corps à corps, il savait qu'il n'en ressortirait pas vivant. Etant simple humain, une pichenette suffirait à le tuer.
Il se frotta nonchalamment les cheveux avant de se lever et de se rhabiller, il n'y avait même pas de quoi prendre une douche dans ce bar abandonné. Tant pis. Il saisit une bouteille de rhum sorti indemne pour boire une gorgée rapidement, l'alcool suffit pour finir de le réveiller, lui brulant la gorge efficacement.
Il la rangea soigneusement dans son sac à dos, saisit son fusil, l'arme de poing et ses deux machettes avant de sortir sans un regard en arrière. Il ne savait pas où il allait mais il savait ce qu'il devait faire : en éliminer le plus possible.
Il ne se rappelait plus vraiment ce qui avait déclenché ce bordel ni quand d'ailleurs. Il ne comptait plus les jours qui s'étaient écoulés depuis la mort de son fils. Ils s'étaient fait attaqués en pleine nuit par des bêtes sauvages, les yeux rouges et la bouche sanguinolente. Jason n'avait pas tenu longtemps et le temps que Joshua comprenne ce qu'il se passait, le mal était déjà fait. L'enfant de 6 ans avait la gorge ouverte entre les dents de la bête.
Il avait hurlé puis était entré dans une folie meurtrière, sans laisser le temps à son agresseur, il l'avait abattu d'une balle en argent entre les deux yeux. Fin. Pourtant, il aurait dû se douter que quelque chose se tramait. Les meurtres sanglants dans Brooklyn de prostituées, étant chasseur depuis l'âge de 20 ans, il aurait dû sentir l'odeur dégueulasse de ces monstres arrivé. Mais non, il avait dormi paisiblement chaque soir jusqu'à cette fatale nuit qui avait plongé le monde dans l'enfer d'une guerre civile entre les deux races impitoyables.

Marchant dans l'ombre des ruelles de la ville de New York, il n'hésita pas une seule seconde à grimper sur les toits des immeubles pour avoir une meilleure vue et être beaucoup plus à l'abri des regards des mangeurs d'hommes. Habillé d'un gilet sans manche, la capuche rabattu sur sa tête, il parcourait agilement les toits. S'arrêtant parfois dans l'ombre d'une bouche d'aération quand un hélicoptère passait haut dans le ciel.
Il voulait se venger d'eux. Tous les tuer un par un. Impossible mais il pouvait toujours essayer, ça serait déjà ça en moins sur cette planète. Des erreurs de la nature, voilà ce que c'était et c'est tout. Quand le soleil fut haut dans le ciel, il redescendit rapidement à terre dans l'ombre pour fumer une cigarette. Ces cons étaient sensibles aux odeurs, histoire de cacher un minimum son odeur d'humain, il pouvait toujours fumer et de toute façon il n'avait jamais réussi à arrêter. A la grande déception de son fils et de son ex femme.
La nostalgie envahissant son regard, il ne fit pas attention à l'ombre qui s'approchait en silence de lui. Ce n'est qu'au dernier moment en entendant le pas dans la flaque qu'il bondit d'un coup, la main sur son arme de poing, clope en bouche. Putain, une saleté de nana qui le regardait et à voir son regard, c'était pas une gentille humaine qui sortait du magasin Gucci en face. Ouais une sangsue et pour les tuer, il avait une bien sanglante technique.
Rapidement, il sortit ses deux machettes accrochés à sa ceinture pour se préparer au combat, celle là allait pas faire long feu. C'était pas sa journée. Rectification, ce n'était jamais sa journée.
Agilement, il bondit sur elle, arme en avant visant directement le joli cou pâle mais c'était une habituée du combat puisqu'elle esquiva assez facilement. Il grogna en se mettant bien en face d'elle, prêt à l'attaque.
Une envie remontait en lui. Ouais la bouteille de rhum dans son sac, tellement proche mais tellement loin de lui. Il avait d'une gorgée, non d'une bonne rasade pour se donner du courage et de la force mais ce n'était pas la situation idéale pour se satisfaire. Il tira sur sa cigarette, la crachant après pour mieux souffler la fumée.

Casse toi si tu veux pas que je te coupe en deux.

Ouais c'est idiot mais il avait envie de l'insulter, avec de la chance il pourrait être tranquille et boire tranquillement sa dose. Maigre chance que ça marche, même impossible en fait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fartheraway.creer-forum.com/ http://fartheraway.creer-forum.com/
 

“Ainsi s’éteint la liberté. Sous des applaudissements.”

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre.
» Kamaria E. Havenest - Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre...
» Le feu qui semble éteint souvent dort sous la cendre [PV Kenzaku]
» Brigid Ø Le feu qui semble éteint souvent dort sous la Cendre
» Jean-Claude Duvalier: L’autopsie d’un psychopathe en liberté, par Guerby Dujour.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Farther Away :: Le Jeu :: New-York-