AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Une question ?  

Partagez | 
 

  Parfois, le droit chemin n'est pas le plus facile à suivre. Réfléchissez : vous ne pourrez être ensemble, que lorsque le combat aura cesser. (feat ashray)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Keira Jones

avatar

Age : 22

Race : Vampire

Situation sociale : + Aisée ou difficile, selon le contexte.

Métier : + Fugitive, femme d'affaires, ça dépend.

Orientation : + Hétérosexuelle.

En couple avec : + Ashray Lewis Snyder. . :

Relations : + Ashray : Mari.
+ Tyron, Daniel, Brooke, Kalia & Katia : Enfants.
+ Shane, Duncan, Lily : Meilleurs amis.
+ Famille : Compliquée.
Moi : + eleana.
Présence : + régulière.

Blabla : 367
Argent : 4190
Nous a rejoins le : 22/08/2012

MessageSujet: Parfois, le droit chemin n'est pas le plus facile à suivre. Réfléchissez : vous ne pourrez être ensemble, que lorsque le combat aura cesser. (feat ashray)   Lun 4 Aoû - 21:32


Keira était habituée à rester cloitrée dans cet havre de tranquillité. Tout au long de sa vie, elle avait séjournée, elle et sa famille, sur la même terre, dans le même village. Ce qui faisait qu'elle n'avait connu que ça. Elle connaissait à peine les villages alentours, bien que l'envie ne la quitte pas. Comme l'occasion ne se présentait que rarement, elle se devait de rester auprès des siens. Depuis longtemps, elle se voyait obligée de suivre le même schéma, le même quotidien. Elle aidait sa mère dans les tâches ménagères, de tous les jours, et prêtait son aide dès qu'il le fallait. Obéissante, silencieuse, serviable : Elle suivait le modèle qu'on lui avait dressé depuis son enfance. Ses parents en étaient fiers. Et pour cause : Il s'agissait de leur seule enfant. Autour d'eux, les familles composées d'un unique enfant se faisaient rares. Presque inexistantes. Ceci s'expliquait par les origines de sa mère, une anglaise, et par quelques complications survenues après la naissance de leur première fille. Keira n'en savait pas plus et ne cherchait pas à savoir. Après tout, cela ne la concernait pas directement, seulement ses parents. S'ils ne décidaient pas de lui en faire part davantage, c'était leur choix. Elle n'avait pas à les influencer ou à chercher à savoir. De plus, cela ne la gênait pas plus que ça. Pour la simple et bonne raison qu'un changement était apparu, un peu plus tôt, dans sa vie, occupant son esprit. En effet, quelques rumeurs circulaient dans le village, comme quoi elle allait bientôt épouser un ami d'enfance à elle. Il n'était pas le seul qu'elle connaissait, mais le seul dont elle se trouvait le plus proche. Arrivés au bon âge, il avait pris la décision de lui demander sa main et elle avait accepté. A ses yeux, il n'y avait pas d'autre issue. Elle allait l'épouser. Avoir des enfants avec lui. Vivre au village. Rester prêt de sa famille. Et ceci, jusqu'à la fin. Au final, sa vie s'avérait être un long fleuve tranquille. Enfin, jusqu'à ce fameux jour... Alors qu'elle travaillait aux côtés de deux amies, des bruits sourds avaient éclaté. Ses amies arguaient qu'il s'agissait d'éclats d'obus. Keira en avait entendu parler, mais ne l'avait jamais entendu. Elle s'était approchée à la limite, pour observer ce qui se passait, par delà l'horizon. Malheureusement, elle ne voyait pas grand chose. On cria son nom. La concernée tourna la tête dans la direction opportun. Sa mère la regardait avec des yeux effrayés, les bras tendus. Sa fille ne réfléchit pas plus et s'élança dans sa direction. Puis, elles filèrent chez elles. Elles avaient attendu, la peur au ventre, que le père franchisse le seuil. Fort heureusement, il était arrivé, au bout de deux heures. Il les avait informé de la situation, plutôt critique. Keira suivait ce qui se disait avec attention. A ce moment-là, elle avait la certitude que son quotidien se retrouvait bouleversé à tout jamais. Quelques temps plus tard, on décréta que des nouveaux venus approchaient. Keira resta sagement aux côtés de ses parents, attendant la suite des événements avec appréhension. Quelqu'un toqua à leur porte. Son père se leva, malgré sa femme qui cherchait à le retenir en le tenant par la main. Keira prit une grande bouffée d'oxygène, avant de constater que ce n'était qu'un de leurs voisins. Ils devaient sortir. L'adolescente échangea un coup d'oeil avec ses parents, avant de les suivre. Elle plissa les yeux, histoire de rétablir son champ de vision. Le soleil tapait extrêmement fort, mais elle avait largement eu le temps de s'y habituer. Elle entendait des gens parler, sans pouvoir discerner aucune silhouette. Elle se mordilla la lèvre, esquiva la main de sa mère et essaya de s'approcher, se frayant un passage parmi ses congénères. C'est là qu'elle vit les responsables de tout ce remue-ménage.


_________________
reign in blood.
girl you’re my beautiful my lady a red silhouette hotly rock n’ roll on this night when everyone is sleeping, i will do a secret dance with you and fall asleep @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ashray Snyder

avatar

Age : 24

Race : Loup-Garou

Situation sociale : Prochain alpha

Métier : Chasseur

Orientation : Hétéro

En couple avec : Darena . :

Moi : Lune (toujours)
. :
Présence : oui

Blabla : 482
Argent : 4415
Nous a rejoins le : 05/08/2012

MessageSujet: Re: Parfois, le droit chemin n'est pas le plus facile à suivre. Réfléchissez : vous ne pourrez être ensemble, que lorsque le combat aura cesser. (feat ashray)   Mar 19 Aoû - 4:50


Parfois, le droit chemin n'est pas le plus facile à suivre


L’Afghanistan terre de désolation brûlée à vif par un soleil de plomb. Des montagnes austères sur une terre hostile où la pauvreté décimait les hommes. Pourquoi diable se retrouvait-il ici ? Aussi loin de sa terre natale du nord. Voilà déjà cinq ans qu’il n’avait pu retrouver sa splendide Norvège, engagé dans l’armée américaine suite à l’abandon de ses études à New York. Bien que ce ne fut pas son premier choix de carrière, faire partie des US Army avait été un réel plaisir. A l’âge de 29 ans, il avait atteint le grade de Capitaine non pas sans difficulté et sans un petit coup de pouce de quelques supérieurs qui l’avaient à la bonne. Malgré tout, le voilà dans cet horrible pays. Le survoler en avion était plus agréable qu’être maintenant sur le sol. Rien que les odeurs et le vent l’assaillirent à peine le pied posé.

Ashray et ses hommes arrivèrent dans un village dont l’apparence le dégoûtait. Comment pouvait-on accepter de vivre là-dedans ? Il aurait mieux fallut tout raser et prendre le pétrole avant de se barrer. Mais non, maintenant, et depuis les légères bavures des précédentes guerres américaines, l’armée était surveillée dans ses exactions. C’était théorique tout ça bien sûr. Seul un journaliste de front serait témoins de ce qui se passera dans cette zone dans l’armée à vivre.

Au milieu de ce qui semblait la place centrale, tout le monde observait les nouveaux venus armés jusqu’aux dents dont les canons étaient pointés sur les paysans. Ashray annonça d’une voix forte que l’armée américaine était ici pour trouver des membres d’Al-Qaïda, les terroristes, que nul mal ne sera fait aux innocents tant que ceux-ci voudront bien coopérer.  Ce qu’il disait était traduit par un interprète. Malgré ses dix ans passés aux USA, il avait toujours ce petit accent norvégien qui faisait que tout le monde le croyait russe. A son ordre, ses hommes se dispersèrent dans la foule pour fouiller chaque maison, chaque famille. Sans un mot, Ashray et quelques autres soldats s’en allèrent rejoindre le campement provisoire installé hier.

Ashray était bien plus habitué aux températures négatives qu’à ce soleil brulant. Dans le campement provisoire établis en attente d’autres moyens, il restait la plus grande majorité du temps dans sa tente.  Ses hommes lui répétaient que ce n’était qu’une simple question de temps avant que son corps s’adapte mais il commençait fort à en douter. Au lieu de rester là à donner des ordres, il choisit de se renseigner sur la région et d’apprendre les bases de cette langue barbare. Puisqu’il était condamné à rester ici pendant un moment, autant essayer de s’entendre avec les autochtones.

Trois jours après son arrivée, il s’était déjà un peu plus adapté à l’environnement hostile. En ce qui concernait la langue, il éprouvait plus de difficultés vu les différences importantes avec sa langue maternelle. Il n’y avait plus qu’à espérer que quelques un de ces paysans parlent l’anglais. D’ailleurs, ce fut l’interprète du convoi qui essayait de lui apprendre. Il était en pleine leçon lorsqu’un de ses hommes vint se présenter pour expliquer qu’ils avaient repérés une famille qui parlait un peu l’anglais. En chemin vers leur maison, le soldat donna plus de précision. Il s’agissait en fait d’une anglaise venue en mission humanitaire vingt-cinq ans auparavant et qui était tombée amoureuse de ce pays. Eh bien, drôles de goûts. Mais bon.

La maison était entièrement construite en pierre et donnait surtout l’impression d’être fait de sable durci. Elle devait abriter trois ou quatre pièces au maximum mais, le terrain derrière était plus important. Il y avait quelques animaux dont des chèvres qui firent du bruit dès l’arrivée des soldats, prévenant ainsi les habitants. Drôle de sonnette. Ce fut une jeune fille vêtue d’une longue robe rouge et de ce voile que portaient les femmes plus pour se protéger du soleil de plomb que par une quelconque pudeur. Bien qu’il ne puisse lui donner un âge précis dès le premier coup d’œil, Ashray lui remarqua des traits occidentaux et, fut persuadé d’être arrivé au bon endroit.

« Est-ce que tu parles anglais ? », demanda-t-il dans sa langue en écorchant sans doute la moitié des mots.

Il eut droit à une réponse favorable et poursuivit donc en anglais, tout en prenant bien soin d'articuler et de parler lentement pour éviter tout malentendu.

« J'ai quelques questions à te poser à toi et à tes parents. Peut-on entrer ? »


© fiche créée par ell

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Parfois, le droit chemin n'est pas le plus facile à suivre. Réfléchissez : vous ne pourrez être ensemble, que lorsque le combat aura cesser. (feat ashray)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (set-angya) ⊹ le droit chemin n'est pas le plus facile à suivre.
» Remettre son enfant dans le droit chemin [Cronos]
» Quand le destin nous guide sur le droit chemin [PV Brent]
» Grand mère feuillage, quel est le droit chemin ?
» Seules les voies détournées mènent au droit chemin [PV : Anetherion]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Farther Away :: Titre :: Staff :: Le Futur-