AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Une question ?  

Partagez | 
 

 Seriously...What the fuck? [Diana and Benedict]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Diana Mcgroft

avatar

Age : 0

Race : Loup-Garou

Blabla : 5
Argent : 3387
Nous a rejoins le : 13/04/2013

MessageSujet: Seriously...What the fuck? [Diana and Benedict]   Mar 16 Avr - 7:39

    Diana....Diana...

    Je grommelai et essayai de replonger dans un sommeil bienfaiteur. Où en étais-je...Ha oui, les champs verts du Devonshire...Je courrais sur un chemin, à moitié envahie par la nature. Du haut de la colline, je pouvais voir la maison. Je me retrouvai tout à coup à l'intérieur. Mais le décor était bien différent, sombre, angoissant. Les murs étaient recouverts d'une épaisse fumée noire. La télévision était allumée, mais restait muette. D'ailleurs, il n'y avait aucun son...Seulement un...

    -DIANA!

    Je me réveillai en sursaut, et me retrouvai au bureau. Crap. Je levai les yeux et aperçus ma patronne. Visiblement peu bienveillante envers ma sieste improvisée. Je fis un grand sourire et répondis:
    -Oui Madame Sullivan?
    -Pourquoi je vous paye, Miss Mcgroft?
    -Pour dessiner Madame.
    -ET PAS POUR RECUPERER DE VOS GUEULES DE BOIS!

    Je fis une légère grimace. Ha oui, ce mal de crâne n'était toujours pas parti. Alors, si je pouvais préciser, cette gueule de bois était pour le bien de l'entreprise. Je me suis sacrifiée pour pouvoir étendre notre réseau de contact, tout cela autour de "quelques" verres. Et voilà comment on me remercie...
    -Vieille mégère oui. Elle n'a pas d'autre vie que son boulot...Marmonnai-je en fouillant dans mes tiroirs, à la recherche d'un doliprane ou aspirine.
    Absolument rien. Bien, la journée commençait meeeerveilleusement bien. Ou se finissait? Quelle heure était-il? 16h? Ha. J'ai dormi pendant deux heures. Je posai mon regard sur mes brouillons, éparpillés sur mon bureau. La plupart représentait des intérieurs, mais aussi des produits en tout genre, tous plus inutiles les uns que les autres. Il fallait que je rende au moins un concept avant la fin de la journée. Mon crâne me faisait un mal de chien, mais je m'appliquai du mieux que je pouvais. Plus les minutes défilaient, plus je voyais mes collègues quitter un à un leurs bureaux. Je sursautai lorsqu'une main se posa sur mon épaule.

    -Oula...Effectivement, tu n'as pas récupéré totalement depuis hier soir...
    -Non, toi par contre tu as passé le test avec brio! Fis-je avec un sourire.

    Annie travaillait dans la même entreprise que moi. Sauf que sa passion était plutôt le design de voitures ou de motos...Chacun ses goûts. Je lui proposai un verre dès que j'aurai fini mon travail. Mais elle déclina avec un air gêné. Madame allait voir son nouvel petit ami. Dîner aux chandelles et tout et tout...Je levai les yeux au ciel. Trop de romantisme...Quel homme pourrait supporter cela? Ils venaient à peine de se rencontrer ! Ha oui, l'homme amoureux peut se le permettre. Ou mon frère. Je fronçai les sourcils en pensant à lui. Non plus maintenant. Trop occupé pour penser à ce genre de dîner. Ou même à dîner sans doute. Annie me laissa seule au bureau. Lorsque je levai de nouveau les yeux, le ciel était devenu sombre. Bon, il ne devait rester que moi. J'emportai les dessins avec moi et sortis du bâtiment. Je le finirai à la maison, tranquillement. Je serrai mon manteau, frissonnant. Et on se dit être en avril! Pourquoi ne puis-je être dans les îles tropicales hum? Je me pressai de prendre le métro. Un homme était en train de lire les nouvelles. Sur la page une était écrit: "Encore un meurtre du serial Dracula!" Je ricanai. Il fallait vraiment trouver de meilleurs titres. Pourtant, certains se passionnent à propos des êtres supernaturels. Et bien plus encore à propos des vampires sanguinaires. Celui-là s'était échappé des Etats-Unis. Et apparemment, le sang anglais était savoureux. Six meutres déjà... Les fans de Twilight ne devraient pas être déçus! Un bon coup de canine et les voilà au paradis! Mais quel plaisiiir...Je soupirai bruyamment. Les photos présentées montraient un véritable carnage...Comment les gens pouvaient être admiratifs devant ces créatures? Il faut être malade pour vouloir les côtoyer...
    Je descendis à mon arrêt et me dépêchai de rentrer à la maison. Toute cette histoire me donnait la chair de poule. Je fis entrer la clé dans la porte de mon appartement, puis entrai. Tout était sombre. Poussée par une angoisse irraisonnable, j'allumai rapidement la lumière. Mais rien. Je poussai un soupir de soulagement. Tranquille, seule...
    ...
    Il faut que je fasse quelque chose.
    Je me dirigeai vers la cuisine, avec vue sur le salon. J'allumai la chaîne hi-fi. Bientôt résonna I love you de Woodkid. Je commençai à fouiller dans les tiroirs, à la recherche de casseroles.

    Whatever I feel for you
    You only seem to care about you
    Is there any chance you could see me too?
    'Cos I love you
    Is there anything I could do
    Just to get some attention from you?
    In the waves I've lost every trace of you
    Oh where are you?


    La solitude ne me plaisait guère, mais grâce aux notes de Woodkid, je me sentais un peu moins seule.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Benedict Mcgroft

avatar

Age : 32

Race : Loup-Garou

Blabla : 10
Argent : 3410
Nous a rejoins le : 10/04/2013

MessageSujet: Re: Seriously...What the fuck? [Diana and Benedict]   Mar 16 Avr - 11:00

    >> London
    A croire que je ne pouvais pas rester éloigné longtemps de mon pays d’antan. J’avais passé des mois dans je ne savais même plus combien de pays différents. Le travail à la MASC m’avait demandé bien plus de travail que je ne l’avais pensé mais je ne m’en plaignais pas. Kept my mind busy.
    Mais me voilà aujourd’hui à l’aéroport d’Heathrow, la main levée hélant a cab. Une voiture noire s’approcha et stoppa devant moi.

    - Pas de bagages, monsieur ? demanda le taximan

    Je fis non de la tête et grimpai à l’arrière. La voiture démarra dans un silence presque total. J’admirai ces taxis anglais, toujours bien entretenus contrairement à ceux que j’avais pu empruntés à New york.

    - Où allons-nous ?
    - Conduisez quelques minutes là où ça vous plaira, j’ai besoin de réfléchir un peu, dis-je mollement.


    Je serrai un peu plus mon seul bien contre moi. Ma mallette de cuir avait détenu tant de secrets et tant d’objets différents, pourtant aujourd’hui son contenu me semblait bien plus important.
    Le chauffeur prit le périphérique tandis que je me perdais dans le paysage. J’avais un peu peur et appréhendai les prochaines heures mais je n’avais pas le choix. Un léger pincement au cœur me rappela soudain que pour une fois mes émotions seraient certainement mises à rude épreuve. J’aurai aimé être un peu seul pour penser à tout cela, mais c’était sans compter mon nouveau compagnon.

    - Vous êtes ici pour le travail ? demanda l’homme. Je prends rarement des personnes sans affaires.
    - Pour raison personnelle plutôt, répondis-je sèchement.

    Il ne comprit cependant pas mon intention de ne pas discuter.

    - Aaaah une femme sûrement !
    - Si peu. Vous n’êtes pas anglais n’est-ce pas ?
    - Non ! Je suis australien ! Fraichement débarqué du pays à l’envers. Et là-bas… si vous connaissiez les femmes, oh my… Daisy qu’elle s’appelait, une vraie petite…


    Eeeeeet je le laissais continuer son monologue. Les australiens, tous les mêmes. Une fois lancés, plus moyen de les arrêter mais au moins cela me laissait le loisir de laisser mon esprit divaguer.
    Oui, une femme. Et laquelle… Je n’avais pas revu Diana depuis des mois et seulement en coup de vent. J’étais à peu près certain de mourir d’un seul de ses regards. Pourtant j’avais promis, je lui devais.

    - Le metro de Notting Hill s’il vous plait, dis-je en coupant le blabla de mon acolyte improvisé.
    - Bien Boss ! Aaaah Notting Hill. J’adore ce quartier. Figurez-vous qu’un jour j’ai…

    Bla…bla…bla…bla.

    Environ 1H plus tard, après avoir traversé les bouchons monstres de Londres (bien la seule chose qui ne m’avait pas manqué), nous arrivâmes enfin à destination. Je tendis ma carte bancaire au chauffeur qui sourit en voyant le prix affiché. Il me salua et reprit sa course.
    Je mis ma mallette en cuir marron en bandoulière et me mis en marche. Du métro, il ne fallait pas longtemps pour atteindre l’appartement de Diana.
    J’avais toujours pensé que ce quartier lui allait comme un gant. Haut en couleur, animé et pleins d’histoires.
    Si j’avais du m’identifier à un quartier sûrement que j’aurai élu domicile dans l’une des geôles de la tour de Londres. Sinistre, lugubre et seul. Je l’avais cherché, je ne le déplorais pas.

    J’atteignis la porte de l’immeuble et grimpai au 3e étage.
    Comme prévu, j’hésitai longuement debout sur le paillasson. Au travers du mur, on entendait une chanson. Elle me parut familière, assez pour que je l’écoute encore quelques instants avant de frapper à l’entrée.
    Here we go.
    Au bout de quelques secondes, la porte s’ouvrit enfin.

    - Bonjour petite sœur, dis-je doucement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Diana Mcgroft

avatar

Age : 0

Race : Loup-Garou

Blabla : 5
Argent : 3387
Nous a rejoins le : 13/04/2013

MessageSujet: Re: Seriously...What the fuck? [Diana and Benedict]   Mer 17 Avr - 6:12

-Raaaah, où es-tu passé sale petite...VOILA! Fis-je en sortant une poêle du tiroir.

D'un coup de hanche, je fermai le tiroir et me dirigeait vers les plaques de cuissons, au beau milieu de la cuisine avec les plans de travail. Je cherchai dans le réfrigérateur si il me restait quelque chose. Du poulet, des cornichons...Pour la dixième fois de la journée, je soupirai. Bon. On va se faire des pâtes! Je cherchai des épices, n'importe quoi qui pourrait accompagner le poulet. Du gingembre. Cannelle. Tiens, autant essayer! Je m'affairais à la tâche, lorsque j'entendis quelqu'un frapper à la porte. Je levai la tête. Qui pouvait...Je fis un énorme sourire. Annie. Finalement, cette soirée qui devait être une véritable torture va se transformer en soirée entre filles! Je me dirigeai vers la porte, en criant:

-Aaah! Ca, ça sent le rendez-vous qui a mal terminé! Je t'avais dit qu'il allait te poser u...

Je m'arrêtai net. Moi qui m'attendais à une femme aux cheveux sombres, peut-être dans le pire des cas en train de sangloter, je me retrouvai avec un jeune homme. Pas le plus désagréable physiquement bien entendu. Enfin pas vraiment pour moi.

- Bonjour petite sœur.

Benedict. Mon coeur cessa de battre. Je ressentis un énorme vide du à la surprise. Puis un flot d'émotions m'envahit. Joie, colère, suspicion, soulagement de ne pas me retrouve seule, en plus avec mon frère...Et une envie de frapper à nouveau.
Pendant un bref instant, j'eus la pulsion de me serrer contre lui, retrouver ce sentiment de famille. Non, cela était trop enfantin. Tu es grande maintenant Diana, tu peux...
Je me blottis dans ses bras. Peut-être un peu trop fort pour cette immense brindille. Et Merde. Tant pis ce sera une autre fois le regard indifférent. Tant que je ne me retrouvais pas seule ce soir...Tiens, j'avais oublié qu'il faisait une tête de plus que moi. Je déteste être petite. Je lui mis un coup de poing dans l'épaule. Gentil, bien entendu. Un peu plus fort et on lui casse un os à ce petit.

-Ducon, tu sais ce que c'est un portable?! Aucune nouvelle depuis des mois et puis Monsieur se ramène tranquillement à la maison, comme si de rien n'était!

Enfin. Ce n'était pas vraiment notre maison. Plutôt mon appartement. Enfin ne jouons pas sur les mots. Je posai mes mains sur les hanches, tentant de faire un regard mécontent. Je soupirai. Ah mince, le poulet et les pâtes. Je fis un signe de la tête.

-Allez, rentres.

Je tournai les talons et me dirigeai vers la cuisine. Un peu plus et le poulet allait commencer à cramer. Ce n'est pas comme si j'étais une débutante dans la cuisine, mais bon...Pas une chef non plus.

-Tu as faim?

La situation était tellement étrange. Je ne voyais Benedict que dans de rares occasions. Et pendant de fugaces moments. Quand est-ce que je l'ai vu la dernière fois? Je ne me rappelle guère...Et je crois que nous avons à peine parler. Ha oui. Je crois que je lui avais un peu crié dessus. Juste un peu. Étrange...Mais en même temps j'éprouvais un sentiment...agréable. Mais bon. J'avais toujours un peu envie de le frapper.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Benedict Mcgroft

avatar

Age : 32

Race : Loup-Garou

Blabla : 10
Argent : 3410
Nous a rejoins le : 10/04/2013

MessageSujet: Re: Seriously...What the fuck? [Diana and Benedict]   Jeu 18 Avr - 4:00

Diana se figea sur place.
Décidément, je faisais cet effet à beaucoup de monde récemment, bien que ce soit pour des raisons complètement différentes. Je sentis qu'elle recherchait désespérément quelle attitude adopter face à moi. Je ne l'en blâmai pas. Je l'avais prise au dépourvue et préférai m'attendre au pire.
Le pire ne se montra pas tout de suite cependant. Ma soeur se jeta dans mes bras et me serra si fort que je sentis mes côtes râler. Je l'enserrai de même et posai mon menton sur sa tête. Je reconnus l'odeur de ses cheveux, mélange de vanille, de soleil, de cannelle... et de poulet? Elle devait faire la cuisine. J'humais ce parfum et me sentis comme de retour chez moi.
Le contre-coup suivit aussi rapidement. Je reçus un coup de poing dans l'épaule et grommelai un "aïeuh", juste par principe.

- Ducon, tu sais ce que c'est un portable?! Aucune nouvelle depuis des mois et puis Monsieur se ramène tranquillement à la maison, comme si de rien n'était!

- Tu m'as manqué aussi, souris-je

Je connaissais ma soeur. Une vraie lunatique. Me crier dessus de la sorte puis se calmer instantanément pour une autre raison, était presque devenu naturel pour elle.
Un instant elle vous fixait avec des yeux noirs et celui d'après, elle courrait à la cuisine pour éviter que tout le repas ne brûle. Sauvé par le gong.

- Allez, rentres, m'invita-t-elle avant d'accourir à la cuisine.

Je ne me fis pas prier et refermai la porte derrière moi.

- Je vois que tu as changé la déco depuis la dernière fois, fis-je remarquer.

La seule chose qui n'avait pas été déplacée était la collection de photos de familles qui reposait sur une petite commode. Je n'avais pas besoin de me rapprocher pour reconnaître celle où Diana et moi courrions à toute vitesse autour du stonehenge sous les acclamations de ma mère, ni celle de mon père et moi avec mon diplôme en main. Je n'aurai pas supporté avoir ces clichés chez moi mais Diana les chérissait tandis qu'ils me faisaient souffrir.

Je la rejoins à la cuisine, obnubilée par sa grande gamelle qui fumait plus que de raison.

-Tu as faim? dit-elle avec nonchalance

- Starving, répondis-je

Je jetai un coup d'oeil aux alentours puis me reconcentrai sur Diana.

- Comment vas-tu? demandai-je simplement.

Je préférai parler d'elle que de moi... et le problème c'est qu'elle en avait complètement conscience. Je n'échapperai pas à son interrogatoire. Pour l'instant je devais me contenter de prendre du bon temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seriously...What the fuck? [Diana and Benedict]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Seriously...What the fuck? [Diana and Benedict]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Diana Dawson, l'ange de l'enfer [Validée]
» Darrin Hansen ─ Père, ft Benedict Cumberbatch
» Diana • Rien n'est moins sûr que la vérité. Elle assassine sans tuer, et laisse à vif, écorché ♥
» (M) Benedict Cumberbatch || Trust my rage
» Apple Hell (svp j'hesite entre Diana Agron et Holland Roden et Shantel Van Santen)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Farther Away :: Le Jeu :: L'Angleterre :: Londres-